Prenons les données de base.

  • A moins que vous ne soyez adeptes de l'hygiène naturelle infantile, votre bébé sera en contact permanent avec des couches pendant environ 2 ans et demi.
  • Vous changerez votre bébé de 5000 à 7000 fois avant qu'il ne soit propre. Ce qui représente environ 2500 couches par an.
  • Les couches jetables sont composées essentiellement de pâte à bois (blanchie au chlore) et de plastique et de divers produits chimiques dont le but est de camoufler les odeurs, de parfumer, d'absorber les liquides ou les transformer en gel etc.
  • Les couches lavables sont faites en coton, flanelle et polyester.

Partons du plus évident :

Les couches jetables, ça coûte cher !

Avec 6500 couches en moyenne, les couches jetables coûtent la bagatelle de 1600€ par enfant. Avec des couches lavables (une vingtaine) les prix oscillent selon les marques entre 390 et 500€ auxquels il faut ajouter le coût des lavages, environ 200€. Soit 700€. Les couches lavables peuvent être réutilisées pour le 2ème voire le 3ème enfant.

L'économie sera donc avec un enfant de 900€, avec 2 enfants de 2300€ et avec 3 enfants de 3700€.

Les couches jetables, ça pollue !

  • Chaque année environ 5 millions d'arbres sont abattus pour produire les couches jetables. Chaque bébé aura consommé environ 4,5 arbres.
  • Pour fabriquer le plastique d'une couche jetable il faut une tasse de pétrole.
  • La fabrication de couches jetables est très énergivore et consomme beaucoup d'eau, qui sera rejetée polluée.
  • Le transport des couches jetables dans le monde est aussi très énergivore (la plupart sont fabriquées aux USA).
  • Changé en moyenne 6500 fois, chaque bébé produira plus d'une tonne de déchets (emballage non compris). Une couche jetable se dégrade en 500 ans environ. Elles sont parfois incinérées, ce qui provoque l'émission de dioxine.
  • Les excréments contenus dans les couches jetables peuvent contenir 100 virus ou bactéries, contaminant ainsi le sol et l'eau.

Les couches lavables (lavées avec une lessive écologique) représentent environ 300kg de déchets par bébé.

Les couches jetables ne sont pas sans danger pour la santé des lutinettes et surtout des minilutins

Les fabricants de couches sont assez discrets sur la composition exacte de leurs couches. Ils ne sont soumis à aucun test ou contrôle indépendant (comme la plupart des produits mis sur le marché, notamment jouets, produits d'entretien et produits cosmétiques).

Néanmoins en plus de la pâte à bois et du plastique, nous pouvons citer

  • le polyacrylate de sodium (polymère absorbant). Ce produit a été retiré des tampons hygiéniques féminins en 1985 car associé au syndrome de choc toxique. Il est recommandé de ne pas déchirer les couches car le contact avec les yeux ou l'inhalation de cette substance est dangereux ;
  • les parfums et autre produits chimiques agressifs pour la peau de bébé ;
  • le benzol, produit cancérigène, découvert dans les couches en 1988 par Öko-Test ;
  • le furane et la dioxine (découvert en 1989) issu du blanchiment au chlore. Ce sont des substances cancérigènes à long terme. Les dioxines sont aussi impliquées dans des dérèglements hormonaux, des déficiences immunitaires, des troubles de la fertilité, des troubles du développement neurologique ;
  • des organo-étain (découvert en 2000 par Greenpeace) en particulier le TBT (tributyle étain) polluant extrêmement toxique même en très faible concentration pour l'homme (système immunitaire et hormonal) et l'environnement ;
  • certains composés organiques volatiles comme le toluène, l'éthylbenzène xylène et le dipentène. Ces substances peuvent provoquer de l'asthme.

Bien sûr, les fabricants répondent que leurs couches respectent les normes. Mais il est un fait certain : aucune étude sur le long terme n'a été faite pour évaluer les effets de ces substances chimiques (et de leur synergie) en contact permanent avec la peau et surtout le système reproducteur de bébé.

Mais ce n'est pas tout. Les irritations sont causées par l'humidité (d'où le " bébé au sec, bébé heureux " mais les couches lavables modernes gardent aussi bébé au sec sans empêcher sa peau de respirer) mais aussi par la chaleur, la décomposition de l'urine en ammoniaque et les bactéries. Des études ont prouvées que la température scrotale (des testicules donc) est très importante chez les bébés portant des couches jetables. Ces dernières empêchent en fait le mécanisme naturel de refroidissement des testicules. "Si on ouvre la couche d'un bébé souffrant d'une infection avec température très élevée, c'est si chaud qu'on se brûle presque les mains" a déclaré Dr. Carl-Joachim Partsch, médecin en chef de clinique pour enfants de Kiel. Les couches jetables sont donc soupçonnées d'être impliquées dans l'infertilité masculine et le cancer des testicules.

Alors tit lutin toujours aussi dégoûtée par les couches lavables ? Par ailleurs en lisant bien le mode d'emploi des couches jetables, on apprend que les excréments doivent être jetés dans les toilettes avant de jeter la couche (en rapport avec la présence de virus et de bactéries). Alors quitte à devoir mettre " la main à la pâte " autant protéger la santé de bébé non ?

Néanmoins, si nécessaire, il existe des couches jetables, de la marque Moltex ayant obtenu de bons résultats à l'Öko test. Ces couches sont en général disponibles aux mêmes endroits que les couches lavables.

Notes pratiques

En savoir plus

Les droits d'auteur s'appliquent à toute oeuvre de l'esprit, quels qu'en soient le genre, la forme d'expression, le mérite ou la destination. Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur d’autres blogs, forums ou d’autres supports sans l’accord de leurs auteurs. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un articles ou d'un message, à des fins d’information ou de recherches, en citant « Raffa's blog, le grand ménage. http://raffa.grandmenage.info » et l'auteur (nom réel ou pseudo) de l'article ou du message.

Déni de responsabilité : Les articles de ce blog résultent en général de la compilation d'informations en provenance de plusieurs sources et d'expériences personnelles. Dans la mesure du possible, ils tentent de compiler une documentation exhaustive dont les sources sont citées. Toute personne mettant en application ces renseignements le fait à ses propres risques. Raffa's blog n'assume aucune responsabilité des dommages susceptibles de résulter de l'usage de ces renseignemens. En particulier toute décision concernant un traitement médical devrait toujours se prendre en consultation avec un professionnel de la santé qualifié.