Elles sont différentes des moucherons et autres mouchettes : elles se fichent de tous les répulsifs possibles,  vous regardent droit dans les yeux, passent par le moindre interstice et sont super malignes.  Elles se nourissent et pondent dans les fruits et légumes en décomposition (on les appelle aussi mouches des fruits ou mouche du vinaigre). Mais pas nécessairement, car elles sont vraiment très malignes : elles amènent les spores de moisissures avec elles, les déposent sur l'aliment frais, grignotent un chouïa pour débuter le processus... Et paf ! Quelques heures plus tard  plein de petites larves à peines visibles sur l'aliment ou à proximité. Bien sûr, sinon c'est pas drôle, elles se trouvent dans un coin caché du fruit ou du légume, qui reste beau de l'autre côté.   Quelques jours plus tard, re-paf ! 25-30 nouvelles drosohiles sont là. Chaque drosophile femelle pond pendant plusieurs jours et ces bestioles vivent plusieurs semaines, pondent dans les fonds de bouteilles ou de tétrapack de la poubelle, sur un morceau de légume tombé sous le frigo, dans une vielle lavette humide ! Bref c'est l'invasion ! .


Or... j'ai un seau à compost dans la cuisine (à l'époque un seau à popcorns et son couvercle). Depuis la fin de l'été, je voyais régulièrement ces bestioles. Je vide le seau à compost tous les 3/4 jours et je le lave à chaque fois. Un jour j'ai vu des petit grain de riz complet dans les rainures internes du couvercle du seau.  Mais on avait pas mangé de riz !  On me la fait pas à moi : C'était des bébés mouchettes ! Argl ! Elles s'étaient glissées sous le couvercle du seau  !!

Malheureusement, les fruits et légumes frais et bio (un panier par semaine) sont aussi dans la cuisine, sous une cloche en moustiquaire pour les plus fragiles, dans des paniers pour les autres. Et de plus en plus régulièrement, on trouvait un fruit ou légumes gâté anormalement vite et des mouchettes .

Si je connaissais la génétique de ces bestioles par coeur, je ne savais rien du "comment s'en débarrasser". Pff quand je vous dit que l'université ça ne sert pas à grand chose !

Premier round

Bien sûr, j'ai tout nettoyé à fond et me suis ingéniée à éliminer toutes les sources de nourriture (le seau à compost au sous-sol à l'extérieur, les aliments au frigo et dans les placards). Mais il y avait toujours des drosophiles.

J'ai donc placé du basilic à la fenêtre, diffusé des HE, mis de l'eucalyptus citronné (dont je déteste l'odeur, celle de la citronelle en plus fort) dans mon desinfectant, etc.

Il n'y avait plus un seul insecte mais toujours 2/3 drosophiles (faut dire qu'il était difficile de leur interdire complétement l'accès aux poubelles de tri du couloir). Bon ce n'est pas bien grave 2/3...  Tu parles ! Quelques temps plus tard y'en avait de nouveau partout ! Mais d'où ???

Deuxième round

Je fouille toute la cuisine. Horreur !!! Ce n'était pas le compost, mais là au fond d'un panier d'une bonne cinquantaine d'oignons/échalottes, tout au fond : 1 oignon-nid (qu'on ne sentait pas, je précise) !!!!

Mais ce ne sont pas des répulsifs ça les oignons ???

Bref ! Je garde ceux du dessus (je n'aurais d'ailleurs pas dû) et jette le reste au compost. Acalmie de quelques semaines.

Puis une ou deux bestioles viennent me regarder droit dans les yeux quand je fais la vaisselle, grain de riz suspect dans le seau à compost, pomme de terre-nid au fond d'un sac dans un placard  (avec un seul miniscule passage), boîte de jus-nid dans la poubelle, etc

La spirale infernale, il faut tout contrôler tout le temps !! Ce n'etait plus possible.

Troisième round

J'ai donc laissé tomber provisoirement mon extrême pacifisme. Et j'en ai latté (c'est le terme) une bonne vingtaine en quelques jours, au journal ! Dans un accès de rage j'ai vaporisé du pyrethre sur mes fenêtres où elles se balladaient tranquillement (très facile à nettoyer après bien sûr dry.gif ).

Brève acalmie ... J'ai cru que le froid les ferait disparaître... mais non, rebelotte.

Final round ?

Bref épuisée par cette lutte sans merci et surtout sans fin. J'ai eu il y a quelques semaines la révélation (oui, oui, je suis lente).  Ah vous ne voulez pas partir ? Aucun répulsif ne fonctionne ? Vous tuer en masse vous fait "même pas peur" ??? Et bien je vais vous capturer... toutes !!!

Je cogite 2 minutes et me fabrique un piège de fortune inspiré directement du piège à guèpe : une bouteille coupée en 2, la partie avec le goulot à l'envers dans l'autre, un morceau de fruit au fond (orange pour moi).

Je le place près du seau à compost. J'observe pendant de longues minutes. Une drosophile se fait piéger ... et ressort quelques secondes plus tard par le goulot. Ben oui j'avais laissé l'étiquette, la lumière la plus forte venait du goulot, qui plus est largement assez gros pour une drosophile. Du coup, je place l'étiquette de la bouteille en entonnoir dans le goulot de telle sorte que l'ouverture soit très petite. Non mais !

Puis, je file chercher  un seau à compost vraiment  hermétique ! Je fais toute la ville, ça n'existe nulle part. Je me rabas sur une poubelle métallique horriblement chère (celle-là en noir) qui me semble convenir avec un seau interne amovible avec anse, un système de fermeture hermétique automatique très efficace (même avec un sac à l'intérieur) et un couvercle lourd (je me méfie des petits bras musclés de drosophiles dry.gif ).

De retour chez moi je surprends une mouchette s'échapant tranquillement de mon piège... par le dessus ( il y'a un passage d'1 mm entre les deux parties coupées) NONDIDJU   !!! ET va-z-y que je te fixe ça avec 3 m de ruban adésif !

...

Au bout de quelques jours j'ai dû me rendre à l'évidence : j'étais en train de gagner la partie !  Première constatation le nouveau seau à compost fonctionne à merveille (à ce prix là j'espère bien !). Il est vraiment très hermétique. Aucune mouchette dedans, ni de grain de riz !! Deuxième constatation : plein de drosophiles dans le piège (il fonctionne mieux si le morceau de fruit... est en décomposition), la plupart déjà mortes (manque d'oxygène à mon avis). J'ai contrôlé tous les fruits et légumes  : rien.

Et je n'en ai plus vu une seule depuis 1 mois !!!

Après cette folle épopée, pour répondre à quelqu'un sur un forum, je cherche quelques infos pour étayer mes dires ... et je découvre

1 - que j'aurais pu commencer par là rolleyes (pourtant c'est habituellement un réflexe !)
2 - que j'ai presque tout bien fait comme il faut
3 - que la lutte n'est peut-être pas fini car la vivacité de cette bestiole dépend de la température, il suffit qu'il en reste une ou deux dans un coin, qu'il y ait un coup de chaud et c'est reparti... mais le 2ème et surtout 3ème pièges (voir dernier point) m'ont l'air très efficaces...  je les attends de pieds fermes !
A vous maintenant, comment vous faites ? Sisi je sais bien qu'il y en a qui cohabitent avec ces bestioles

Pour les contrôler

(conseils provenant du même site)

  • Passez régulièrement le balai ou l'aspirateur sur les planchers et les tapis.
  • Ne laissez pas de nourriture à découvert et nettoyez rapidement les restes d'aliments lors de la préparation des repas.
  • Rincez les conserves de jus et autres aliments sucrés, les contenants de lait, les bouteilles de ketchup, d'alcool et de boissons gazeuses, avant de les mettre à la poubelle ou dans le bac à recyclage.
  • Épongez soigneusement l'alcool, le jus, le lait ou tout autre liquide renversé, même sous le réfrigérateur ou la cuisinière. Lavez les murs et autres surfaces où peuvent se loger des dépôts alimentaires (près de la cuisinière, par exemple).
  • Déposez les déchets alimentaires dans des contenants fermés. Placez un sac de plastique dans la poubelle et récurez-la à fond régulièrement.
  • Asséchez les planchers et les lavabos après un lavage, et faites sécher complètement les essuis et torchons humides, si possible à l'extérieur.
  • Nettoyez les éviers et les drains régulièrement. Au besoin, utilisez une brosse rigide ou stérilisez-les avec de l'eau bouillante.
  • Si vous fabriquez de la bière ou du vin, assurez-vous de bien nettoyer votre matériel après usage.
Je rajoute pour ceux qui ont un seau à compost
  • prenez-en un de 5 litres environ TRES hermétique. Idéalement un vrai seau à compost à filtre, sinon un bio-seau (fourni souvent à l'achat d'un composteur), un seau hygiénique, un seau de peinture ou de sauce (ceci dit je pense que c'est pas plus sûr que mon seau à popcorns, à savoir que la fermeture n'est pas toujours très hermétique)
  • videz-le 2 fois par semaine
  • personnellement je place un sac en maïs (biodégradable) dans le seau à compost - ou à défaut un sachet en papier - que je jette au compost (une fois vidé). C'est plus pratique et plus facile à nettoyer.
  • je met aussi une cuillière de bicarbonate de soude dedans contre les odeurs.
  • S'il y a des drosophiles :
    - si vous y jetez des aliments gâtés ou qui traîne depuis quelques heures et qu'il y a des drosophiles dans la pièce : videz-le au compost le jour même (les bébés larves sont quasi invisibles) !
    - videz-le tous les 2 jours au minimum
    - nettoyez-le au désinfectant multiusage à chaque fois (voire ébouillantez-le)

Pour les capturer

  • Pour capturer les adultes, fabriquez un piège maison à l'aide d'un pot de verre ou de plastique transparent d'environ un litre. Placez-y un morceau de banane bien mûr saupoudré de levure en guise d'appât. Fixez sur l'ouverture du pot un entonnoir de papier ou de plastique dont la plus petite extrémité sera dirigée vers le fond. Les mouches descendront dans l'entonnoir pour accéder à la nourriture et seront emprisonnées. Il suffit ensuite de les tuer en plaçant le contenant fermé au soleil ou au congélateur pour quelques jours, ou en faisant couler de l'eau savonneuse dans l'entonnoir, s'il est en plastique. Bouchez le pot pour empêcher les mouches de s'envoler. Réappâtez le piège au besoin, et placez-en plus d'un si l'infestation est importante.
  • Dans une coupelle, délayez du jus de pomme avec quelques gouttes de produit vaisselle. Les moucherons sont attirés par le jus de pomme et le liquide vaisselle les tue. Vous placez le récipients à coté des paniers de fruits, vous verrez c'est radical. Changer le "jus" assez souvent [source]
  • J'ai fabriqué un piège avec un bête pot de yaourt en verre avec couvercle plastique. Dedans, je mets un tout petit fond de bière + liquide vaisselle + vinaigre de pomme. Il suffit alors de faire un trou au milieu du couvercle de la taille d'une paille (attention ne pas laisser de jour !), d'y enfoncer une paille jusqu'à 1cm maxi du liquide, de la faire dépasser de qq mm au dessus du couvercle, et le tour est joué ! Les mouches rentrent et ne peuvent pas ressortir, elles meurent rapidement grâce au liquide vaisselle. Ca donne un piège qu'il suffit de placer près des fruits et qu'il n'est pas besoin de renouveler plus d'une fois toutes les 3 ou 4 semaines. (del dans les commentaires de cet article)

Les droits d'auteur s'appliquent à toute oeuvre de l'esprit, quels qu'en soient le genre, la formed'expression, le mérite ou la destination. Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur d?autres blogs, forums ou d?autres supports sans l?accord de leurs auteurs. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d?un articles ou d'un message, à des fins d?information ou de recherches, en citant « Raffa'sblog, le grand ménage. http://raffa.grandmenage.info » et l'auteur (nom réel ou pseudo) de l'article ou du message.

Déni de responsabilité : Les articles de ce blog résultent en général de la compilation d'informations en provenance de plusieurs sources et d'expériences personnelles. Dans la mesure du possible, ils tentent de compiler une documentation exhaustive dont les sources sont citées. Toute personne mettant en application ces renseignements le fait à ses propres risques. Raffa's blog n'assume aucune responsabilité des dommages susceptibles de résulter de l'usage de ces renseignemens. En particulier toute décision concernant un traitement médical devrait toujours se prendre en consultation avec un professionnel de la santé qualifié.